Une île au-delà de l'univers

Quel étonnement de vous retrouver sur une île inconnue sur Terre et même de l'univers! ... Magie et surprises au rendez-vous. ;)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Méandres de l'oubli [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lynn Tsuideni

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 95
Localisation : « En train de pourrir au purgatoire... »
Niveau de RP : Moyen
Date d'inscription : 28/09/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Empathie

MessageSujet: Méandres de l'oubli [PV]   Dim 28 Sep - 17:55

« On a le choix de ses plaisirs, pas celui de ses souffrances. On dirait plutôt que les souffrances nous choisissent, elles connaissent nos faiblesses et le terrain de jeu de nos illusions. »


[Pierre Filion]
Extrait de Lux


.:.


    Les arbres murmurèrent, leurs feuilles s’agitèrent doucement sous l’effet d’une légère brise. Quelques animaux grimpèrent rapidement le long des troncs alors que d’autres, moins agiles, allaient se réfugier sous la terre, à l’abri de ce qui approchait.
    Une nouvelle personne se préparait à atterrir sur l’île. Chanceuse ou pas, elle était la seule à pouvoir le dire. Mais, pour l’instant, la jeune fille tourbillonnait sans fin, prise dans la rivière dorée qu’elle avait eu la surprise de découvrir à l’intérieur du portail.

    Ses sens étaient chamboulés, elle n’arrivait pas à savoir où était le haut ni où était le bas. Depuis combien de temps dévalait-elle cette montagne avec cette eau qui l’emportait toujours plus loin ? Où était-elle ? Ses poumons la brûlaient, lui réclamant toujours plus d’air qu’elle n’arrivait plus à leur fournir. L’eau s’engouffrait dans sa bouche. Allait-elle mourir ici ?
    Elle n’eut pas le temps de s’attarder plus longtemps sur la question, la rivière se finissait en une cascade étincelante qui la projeta dans les airs.
    Là, caché parmi les nuages, elle passa par un nouveau portail tout aussi doré que le premier et elle se retrouva dans une forêt, perchée au sommet d’un arbre. La surprise lui fit perdre l’équilibre, elle traversa le feuillage et tomba lourdement sur le sol, fermant les yeux pour ne pas voir sa chute.

    Quelques minutes s’écoulèrent avant qu’elle n’ose enfin ouvrir lentement les paupières pour découvrir le paysage qui l’encerclait. Les arbres l’entouraient, la surplombant de toute leur hauteur, probablement amusés de la voir aussi pitoyable. Elle se sentit ridiculement petite.


    « Lynn Tsuideni. »

    Murmura-t-elle. Oui, c’était ainsi qu’elle s’appelait.
    Elle se releva tant bien que mal vacillant sur ses jambes tremblantes et fouilla l’endroit du regard. Que s’était-il passé ? Elle ne se souvenait de rien, sinon d’une douleur qui lui faisait perdre la tête, lui faisant miroiter une folie qu’elle ne possédait pas. Elle s’était cru folle. Elle avait été persuadée, pendant un instant, qu’elle allait mourir… Non, elle avait voulu mourir, elle avait voulu que tout s’arrête, que tout ça se finisse, que la voix se taise à jamais et l’oublie, qu’elle la laisse seule.
    Embrouillée, elle tenta de faire un pas, mais se retrouva bien vite sur le sol. Elle renonça. Tout son corps n’était que souffrance.

    Dans l’une de ses mains, étouffé par tant de force, un lapin en peluche qui avait dû être blanc à l’origine la regardait, l’implorant de le relâcher. Il n’avait qu’un seul œil et était couvert de neige et de terre. C’était lui qui lui avait offert.
    Elle se souvenait de lui, elle se souvenait de sa douceur, de son odeur, de sa voix, mais elle n’arrivait pas à donner un nom à son visage. Son esprit était trop perdu pour répondre aux questions qui tourbillonnaient sans fin, fusant d’un bout à l’autre de sa tête. La peur et le soulagement se confrontaient pour occuper la première place et le cerveau essayait de maintenir un semblant d’ordre dans le chaos qui régnait alors.

    Elle rampa jusqu’à l’arbre le plus proche et laissa glisser ses doigts le long de son tronc avant de s’y agripper fermement, nouvelle tentative pour se remettre debout. Tentative qui fut un échec complet car, sitôt qu’elle eut lâché son unique soutien, elle retrouva la terre qui avait si bien su salir la moindre parcelle de son corps.
    Elle avait honte d’elle-même. Qui n’aurait pas eu honte de se retrouver dans une telle position ? Sûrement lui aurait-il posé cette question. Elle sourit à cette pensée.


    « Une personne qui s’aime. »

    Déclara-t-elle, rompant le silence soigneusement entretenu par la forêt.
    Elle soupira. Elle était seule, de toute évidence perdue et avec très peu de souvenirs de la manière dont elle était arrivée là.
    Que ferait-il dans la même situation ? Hurler ne lui apporterait rien de plus qu’une nouvelle douleur aux poumons qui s’ajouterait à celle déjà présente. Elle se recroquevilla contre l’arbre, ramenant ses genoux vers elle et les entourant de ses bras.
    Une goutte d’eau tomba sur son crâne, prémisse de l’averse. La pluie dégringola sur son corps meurtri. Elle avait froid et, par-dessus tout, heureuse gagnante du combat qui l’avait opposé au soulagement, la peur était devenue maîtresse de son âme.


    [Désolée, début pas génial, ça devrait s'améliorer par la suite >.< ].


Dernière édition par Lynn Tsuideni le Dim 28 Sep - 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro Okada

avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 109
Niveau de RP : Moyen
Date d'inscription : 27/09/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Méandres de l'oubli [PV]   Dim 28 Sep - 21:46

    [ Je vais essayer de me donner, mais c'est pas dit, j'dois bientôt partir. >.<' ]

    La pluie commença à tomber par goutelletes nombreuses, collant les cheveux de Shiro sur son visage et rendant ses vêtements secs mouillés en un rien de temps. Quelle idée lui avait pris de vouloir encore sortir ce jour-ci? En fait, cela était une question qui ne se posait même pas. Il n'avait simplement pas d'endroit où aller, pas d'endroit où dormir, où s'heberger. Il ne connaissait rien de cette île et n'était même pas au courant que des appartements y étaients construits. Il était perdu, ses pensées vagabondant pourtant dans son esprit, malsaines. Les pensées de son passé précédant l'arrivée dans ce nouveau lieu. Son petit frère et ses parents, si chaleureux et dotés d'un amour incomparable. Et cette scène de son frère décapité à côté de lui, au lever du jour. Tout ce sang coulant encore sur le sol où l'herbe était devenue rouge. Ces images horribles. Malgré son fort esprit, il ne pû s'empêcher de verser une larme, puis une autre, toute deux arrivant sur le sable de cette plage inconnue. Puis il ne pû s'arrêter, ces gouttes de sel tombant de son visage en nombre de plus en plus élevé. Qu'allait-il faire, maintenant qu'il n'était plus rien, qu'il n'avait plus rien?

    << Akura... Akura!! >>

    Hurlant son dernier mot le visage enfouit entre ses genoux, il releva la tête, laissant découvrir son visage aux yeux rouges et le visage trempé par les larmes, mélangées à la pluie. Sa capuche s'était enlevée depuis qu'il s'était assis sur le sol, alors il la remit, mettant de l'ombre sur sa face déformée par la haine et la souffrance. Il fallait qu'il se ressaisisse. Il ne devait plus penser à eux, c'était du passé, bien que douloureux. C'était les seules images qui lui restaient en tête. Il avait oublié tout le reste. Ce fameux portail lui avait fait perdre les souvenirs qui restaient de son enfance heureuse, bien qu'il n'en ai pas eut une très généreuse. Rejetter dès son plus jeune âge, ne comprenant jamais pourquoi. Se posant des questions sur la vie et sa place sur le monde. Il avait changé, depuis. Il n'était plus le même. Son coeur s'était entouré d'une armure, son esprit méfiant envers ceux des autres, son regard plus dur mais pourtant doux. Qu'était-il?

    << Un sombre crétin. >>

    Les derniers mots qu'il prononçâ avant de se lever et partir en direction de la forêt d'où il était arrivé pour la première fois sur cette île de malheur. Alors qu'il avait trouvé une vie à peu près normale, il dû tomber sur ce portail et avoir la curiosité de le toucher et se faire absorber par celui-ci. Finalement, sombre crétin lui convenait parfaitement. Marchant à grand pas, il se prit plusieurs fois des branches dans la figure, faisant saigner quelques fois ses joues. Mais il n'était plus à cela près. Qu'il saigne ou pas, cela ne lui apportait rien et aucune douleur par rapport à celle qu'il pouvait ressentir en pensant à son passé. Pourtant, cette forêt cachait de nombreux dangers dont il était conscient. Mais à quoi bon s'accrocher à la vie de cette manière, sachant que nous allons tous mourir un jour? Et puis, il n'avait tellement plus rien à perdre. Qu'un animal sauvage vienne le décapiter, c'est tout ce qu'il demandait. Qu'il finisse comme son petit frère. Qu'il subisse la même chose et qu'il le retrouve enfin dans un monde encore différent de celui-ci.

    * Qu'ais-je donc fait... *

    Tout en regardant par terre lorsqu'il marchait, il aperçu tout d'un coup quelque chose. Une forme, une ombre, peut-être un corps. Il se stoppa, laissant la pluie le tremper plus qu'il ne l'était déjà. Que faisait cette personne ici? Etait-ce un nouvel arrivant qui venait du portail? Il ne se rappellait plus qu'il était arrivé ici... Il avança d'un pas, repérant mieux de quoi ou de qui il sagissait. Il découvrit alors une jeune femme, recroquevillée sur elle-même, près d'un arbre, trempée comme lui par la pluie qui tombait maintenant fortement. Qui était-elle? Une nouvelle victime, encore? Pourquoi tout le monde méritait un sort tel que celui-ci?

    * Nous ne méritons pas ça. *

    Il avança encore, de manière à être tout près de la femme et vit qu'elle tremblait un peu. Même beaucoup. Elle avait froid. Il remarqua également qu'elle serrait un lapin en peluche... Elle l'avait donc emporté avec elle? Il l'observa un instant puis, d'un geste rapide, il enleva son pull. Encore. Il le tendit à la jeune femme, affichant un regard sérieux pour qu'elle le mette. Elle allait geler, sinon...

    << Vous êtes congelée. >>

    C'est tout ce qu'il trouva à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lynn Tsuideni

avatar

Féminin
Nombre de messages : 21
Age : 95
Localisation : « En train de pourrir au purgatoire... »
Niveau de RP : Moyen
Date d'inscription : 28/09/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée:
Pouvoir: Empathie

MessageSujet: Re: Méandres de l'oubli [PV]   Dim 28 Sep - 22:59

    Les gouttes dégringolaient le long de son visage. De temps à autre, l’une d’entre elles s’accrochait à sa joue et glissait lentement sur la courbe de son visage pour finir sa vie, brisée en mille morceaux sur le sol. Ses vêtements étaient trempés et elle était dans l’incapacité d’arrêter les tremblements qui secouaient régulièrement son corps.
    Une nouvelle fois, elle ferma les yeux pour les rouvrir et observer les alentours sans noter le moindre changement. Elle était toujours aussi seule, toujours aussi perdue et, par dessus tout, elle avait toujours aussi froid.

    Elle serra un peu plus le lapin en peluche qui dû subir à nouveau sans broncher les tristes effets de sa peur, alors qu’elle travaillait activement à rassembler les lambeaux de sa mémoire, éparpillés aux quatre coins de son esprit. Elle voulait savoir. Comment était-elle arrivée là et pourquoi ? Quelle bêtise l’avait conduite ici ?
    C’était une nouvelle erreur, une nouvelle méprise de sa part, peut-être était-elle en train de rêver. Elle s’était tout simplement trompée de chemin au grand carrefour des songes et elle avait emprunté la route de quelqu’un d’autre sans le vouloir. Mais ce rêve ne lui plaisait pas. Que faisait Morphée alors que l’un de ses clients venait de se perdre dans les méandres des rêves ? L’araignée des cauchemars l’avait capturée dans sa toile et, plus elle restait ici, inactive, plus elle s’engluait et avait moins de chance de retourner là d’où elle venait.

    Elle voulait le revoir, avoir une autre vision de lui qu’une simple odeur et une voix. Son visage était trop flou, trop confus, pour qu’elle puisse y accorder une réelle importance. Elle savait juste ce que son corps lui dictait. Elle ne pouvait se fier qu’à son cœur qui s’enflammait à chaque fois qu’elle tentait de remonter péniblement à la surface des bribes de souvenirs de moments passés avec lui. Et puis, il y avait cette désagréable impression d’avoir fait naufrage, de s’être égarée en cours de route et d’avoir laissé, prisonniers des eaux, tout ce qui aurait pu constituer son passé.
    Lynn Tsuideni. Qui était cette femme ? Elle, oui… Mais pas vraiment elle non plus. C’était plus un espoir auquel elle se raccrochait pour se convaincre qu’elle n’était pas complètement folle.
    Désespérément, elle s’agrippait au lapin en peluche. Il lui avait appartenu, c’était un cadeau… Mais un cadeau pour célébrer quoi ? En général, quand on offre un cadeau à quelqu’un, c’est pour le féliciter de quelque chose. Alors, qu’avait-elle fait qui mérite ce présent ?

    Elle se recroquevilla un peu plus sur elle-même.
    Et lui, avait-il constaté sa disparition ? Allait-il survivre sans elle ? Elle n’avait que très peu de sensations de leur histoire, mais son être tout entier le réclamait. Il hurlait, criait, drogué en manque incapable d’avoir ce qu’il désirait. Elle dépendait de lui comme lui dépendait d’elle. Qu’allait-il faire ?…
    Et si tout n’était que mensonges ? Et si elle se fourvoyait ? Peut-être était-elle réellement en train de dormir. Elle allait se réveiller. Il fallait qu’elle se réveille, qu’elle quitte ce cauchemar. Sa santé ne lui permettait pas d’oublier.
    Elle se redressa légèrement. Sa santé ? Elle était malade ? Peu à peu, certaines choses remontaient à la surface, les choses les plus importantes. Un cancer du poumon… Ah oui… Elle était condamnée. Elle voyait à nouveau les barreaux de la prison qu’elle s’était façonnée se profiler à l'horizon. C’était sa prison à elle, et son geôlier, c’était sa maladie.
    Adorable maladie.
    Un léger sourire se dessina sur son visage alors qu’elle ramenait contre elle le lapin en peluche, effleurant du bout des doigts son œil unique.

    Où était l’autre ?

    Une voix surgit au-dessus d’elle, la tirant du labyrinthe dans lequel elle était en train de s’égarer. On la força à rejoindre la sortie pour reprendre contact avec la réalité et lui permettre de distinguer celui qui venait de s’adresser à elle.
    Tout ce qu’elle vit fut deux yeux qui la fixaient avec un sérieux qui la fit sourire. Pendant un instant, elle avait cru que c'était lui, qu'il était venu la chercher pour la ramener là où ils vivaient, seulement, elle avait fait fausse route et lorsque les traits de l'inconnu lui apparurent avec plus détails, elle sut qu'elle empruntait à nouveau la mauvaise direction.
    Ce jeune homme ne la connaissait pas, mais, à priori, il était bien réel et était empêtré dans le même rêve qu’elle.
    Elle ne comprit d’abord pas ce qu’il lui disait et ce fut la vision du pull qu’il lui tendait qui la mit sur la bonne piste. Ses paroles parvinrent alors jusqu’à elle et elle pu lui fournir une réponse qu’elle jugeait à peu près décente.


    « Vous aussi. »

    Ses doigts se décrispèrent légèrement, laissant son lapin respirer. Ignorant le vêtement, ses yeux allèrent se perdre dans les bois à la recherche de la moindre indication qui aurait pu l’aider à posséder quelques repères dans ce nouveau monde, mais elle ne rencontra rien d'autre que des troncs mousseux, des branches et des feuilles.
    Au moins pouvait-elle affirmer sans peine qu’elle avait atterri dans une forêt et que, comble de la malchance, son arrivée s’était ponctuée d’une averse qui l’avait gelée jusqu’aux os.
    Sa mémoire étant devenue un outil plus qu’obsolète, elle ne pouvait pas s’y fier et y piocher des références qu’elle n’avait, de toute façon, pas. C’était tellement simple à penser, mais tellement difficile à dire. Comment pouvait-elle avouer sa faiblesse à un parfait inconnu ?
    Elle baissa les yeux, pour échapper à ce regard fixé sur elle et, rougissant légèrement, honteuse de son ignorance, elle osa enfin poser cette question qui l’obsédait tant.


    « Où suis-je ? »

    En posant cette question, elle partait du principe que l'inconnu était un habitant de cette forêt... Drôle de vie quand on sait que la technologie avait fait son apparition depuis plusieurs années déjà.
    Elle laissa un sourire se peindre sur son visage, sourire qu'elle voulait doux et rassurant alors que ses doigts allaient et venaient inlassablement le long de la fourrure du lapin blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shiro Okada

avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Age : 109
Niveau de RP : Moyen
Date d'inscription : 27/09/2008

Feuille de personnage
Relations:
Vie privée:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Méandres de l'oubli [PV]   Mar 30 Sep - 18:23

    La réponse de la jeune fille le déstabilisa un peu. C'était bien l'une des premières fois qu'on lui répondait comme cela lorsqu'il parlait comme il venait de parler à cette inconnue en lui tendant son pull. Voyant que cela ne servirait à rien d'insister pour qu'elle le prenne, il le garda sous le bras. A quoi cela servait-il, de toute manière? Le pull était trempe de la pluie qui dégoulinait sur le visage des deux personnes. Cette fille était... Spéciale. Oui, c'était sûrement le mot. Elle ne se relevait toujours pas, elle était là, couchée et recroquevillée sur elle même au milieu d'une forêt qu'elle n'avait sans doute jamais vu. Depuis combien de temps était-elle ici, en train de geler sur place, tenant son lapin dans ses bras? Quelques questions le tourmentaient, mais il n'allait pas les poser. Elles n'avaient pas leur place dans la conversation qu'il entretenait avec la jeune femme. Si l'on pouvait appeler cela une conversation. A vrai dire, Shiro préférait les communications comme celle-ci plutôt que les longs discours qui ne mènent à rien. Au moins, c'était franc.

    Ou était-elle? Alors, là... C'était bien une question à laquelle il ne saurait répondre. Même lui ne savait pas pourquoi il se trouvait là, pourquoi il était revenu dans la forêt, pourquoi il avait eu la curiosité de traverser le portail lorsqu'il rentrait chez lui, un soir. Sa vie normale n'en était plus une. Le voici maintenant, avec son pouvoir, en train de fixer une fille quasiment glacée au plein milieu d'une forêt d'un monde inconnu. N'était-ce pas farfelu? Qui croirait des choses pareilles, lorsqu'il reviendrait sur Terre? Mais, au fait... Y reviendra-t-il un jour?


    << Je n'en sais rien. >>

    C'est tout ce qu'il trouva à répondre à la jeune fille, bien qu'il savait tout de même que ceci était une forêt et qu'après se trouvait la ville et la plage, d'où il venait, d'ailleurs. Cette plage où, le soir, on pouvait observer des couchers de soleil tels que l'ont en a encore jamais vu ailleurs. Elle en était inconsciente, elle. Elle ne savait encore rien de l'île et c'était sûrement à Shiro de lui donner quelques explications qu'il serait capable d'annoncer. Mais que savait-il, a juste? Rien qui puisse l'aider. Il était perdu tout autant qu'elle. Il ne saurait même pas retrouver son chemin, maintenant en plein centre de toute cette végétation.

    << En fait, je sais quelque chose. >>

    Il le fallait bien. Debout devant elle depuis quelques minutes déjà, il s'approcha du corps gelé de la jeune femme et s'accroupit auprès d'elle, s'appuyant lui aussi à l'arbre. Il ne voulait pas la laisser ici, mais comment l'emmener autre part, lui qui n'était bon à rien? Il soupira et baissa la tête, ne regardant plus que ses pieds. Quelle honte. Il ne pourrait même pas la renseigner alors qu'elle était totalement perdue.


    << Je ne viens pas d'ici. Mais j'ai découvert certaines choses. >>

    Est-ce qu'elle s'imaginait qu'il était sur l'île depuis déjà très longtemps? Alors qu'il n'était là que depuis quelques jours? C'était bien possible, oui. Malheureusement, il ne pourrait pas lui donner grandes informations sur ce monde. Dommage. Il aurait bien voulu être utile, pour une fois. Mais cela ne sera pas maintenant. Il releva la tête, regardant maintenant le ciel, ou plutôt les arbres qui recouvraient une énorme partie des cieux. Il posa son pull à côté de lui. Il n'avait pas décider de tout de suite donner ces informations à la jeune femme. Il la laisserait poser les questions qu'elle voudra. Et puis, il voulait aussi savoir quelques petites choses au niveau d'elle-même. Elle devait peut-être se rappeller du portail. Elle pourrait lui expliquer, savoir si ce qui lui était arrivé, à lui, était pareil qu'à elle.

    << D'où venez-vous? >>

    Elle ne lui répondrait pas et il comprendrait. Il n'aimait pas du tout se présenter ou dire des choses sur lui. C'était peut-être la même chose pour elle, qui sait? Mais était-elle peut-être aussi plus sociable que lui, pauvre homme seul. Mais se lamenter sur son sort n'arrangera en rien les choses qui se sont déjà passées. A quoi bon, si nous ne pouvons pas changer le passé, si nous ne pouvons pas revenir en arrière, de se plaindre? Ce qui était fait était fait.

    * N'est-ce pas, Akura... *

    Pensant à cela, il se demanda s'il avait toujours les yeux rouges qu'il avait probablement, même sûrement lorsqu'il était à la plage. Oh, et puis, ce n'était pas l'essentiel. Il regarda à nouveau la jeune fille et l'observa d'un regard sérieux. La pluie tombait toujours et son visage rouge par endroit montrait bien qu'elle avait très froid. Même lui-même ne sentait quasimenet plus le bon de ses doigts, alors cette fille fine, comment se trouvait-elle? Il soupira de nouveau. Elle ignorait même son pull qu'il lui avait tendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Méandres de l'oubli [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Méandres de l'oubli [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Méandres du temps
» L'avenir s'enracine toujours dans les méandres du passé.| PV Nuage du Crépuscule |
» Haitihouse
» ADIEU DE PAUL GERALDY
» ENTÈNASYONAL FANN NAN DENGWANN POU PWOSÈ JANKLOD DUVALIER,PETISYON ANPIL SIGNATÈ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une île au-delà de l'univers :: Nature :: Forêt tropicale :: Portail-
Sauter vers: